Rechercher dans ce blog

Cessons de voir le diable partout...!

Le diable est-il responsable de tout le mal qu'il y a dans le monde ?
Oui, car les hommes le laissent faire.

Et les chrétiens ?
S'ils entrent dans le périmètre de la chaîne qui lie le diable, ils sont responsables de ce qui leur arrive.

Mais Dieu n'utilise-t-il pas le diable pour nous éprouver, nous faire avancer dans la foi ? - Ne l'a-t-il pas fait avec Job, avec Jésus, avec Paul et d'autres encore (voir cet article) ?
Oui, c'est le 2ème cas de figure qui peut se présenter... mais si nous sommes dans la volonté de Dieu (*), le mal ne nous atteindra pas - du moins de manière gratuite (**).

(*) Qu'entend-on par volonté de Dieu ?
Ne vous attendez pas à avoir une révélation de la volonté de Dieu si vous ne lisez pas votre Bible. Dieu vous révélera p.ex. Sa volonté si, en lisant la Bible, des passages vous semblent difficiles à comprendre - mais si vous laissez la Bible de côté et vous attendez à des "révélations spéciales", vous risquez d'attendre longtemps... ou d'être victime d'abus spirituels.

Trop de messages (écrits, vidéos, audio, etc.) ne sont pas bibliques, car les personnes qui les produisent ne lisent que les passages de la Bible qui les arrangent (qui sont utiles à leur théologie, faite sur mesure). Ce sont les mêmes personnes qui voient le diable partout (alors qu'il est rarement cité dans la Bible), et qui se dédouanent en disant sans se lasser: "c'est le diable!"

Soyez des chrétiens adultes: prenez vos responsabilités, n'entrez pas dans le périmètre de la chaîne qui lie le diable, et sachez reconnaître la main de Dieu lorsque des épreuves se présentent...!

(**) ...et quand les chrétiens sont persécutés ?
Dieu n'a jamais promis qu'on serait toujours en sécurité. Il a promis des persécutions à ceux qui recherchent la Vérité.

Dieu a Son Plan. C'est Lui qui aura toujours le dernier mot...!

Passage souvent mal compris

Lorsque nous lisons 1 Thess 2:15-16 (*), un frisson nous traverse: qu'est-ce qui a poussé Paul a avoir des propos contraires à beaucoup d'autres, dans lesquels p.ex. il se dit prêt à être condamné à la place de ses ex-coreligionnaires si cela peut les amener au salut, et d'autres encore où il est optimiste sur l'avenir de son peuple ?

Si vous gardez bien à l'esprit que dans la Bible, le Juif qui refuse Christ, correspond à une certaine réalité d'une certaine époque, qu'il est un type du vieil homme religieux, de notre composante religieuse et idolâtre, vous comprendrez sans peine ce que signifie ce passage. La Bible a été écrite pour notre enseignement, et c'est spirituellement qu'on la comprend. Il est impératif de ne pas prendre les allégories de la Bible au premier degré, car cela peut mener au fanatisme, au racisme et à l'antisémitisme. N'oublions pas que la grande majorité des acteurs de la Bible sont des Juifs, y compris le Christ et les apôtres!

Ainsi, quand Jésus dit à une certaine catégorie de Juifs qu'ils ont le diable pour père, il indique simplement que notre composante religieuse - "religieuse" prise dans son sens péjoratif - n'a rien à voir avec la foi véritable, qui est relation avec le Père. Alors, il n'y a plus aucune différence entre le Juif et le Grec (Rom 10:12).

Il n'y a plus ni Juif ni Grec […] car tous vous êtes un en Jésus-Christ - Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d'Abraham, héritiers selon la promesse (Gal 3:28-29) - Vous êtes une lignée choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple que Dieu s'est acquis, pour que vous annonciez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à son étonnante lumière - vous qui, autrefois, n'étiez pas un peuple, vous êtes maintenant le peuple de Dieu - vous qui n'aviez pas obtenu compassion, vous avez maintenant obtenu compassion (1 Pi 2:9-10).

Il est notre Paix: des deux (peuples) Il en a fait un seul, en détruisant le mur de séparation qu'est la haine. Il a, dans Sa chair, aboli la Loi avec ses commandements et leurs prescriptions, pour créer en Lui, avec les deux, un seul Homme Nouveau, en faisant la Paix, et pour réconcilier avec Dieu les deux en un seul corps, par la Croix, en tuant par elle la haine. Il est venu annoncer, comme une bonne nouvelle, la Paix à vous qui étiez loin et la Paix à ceux qui étaient proches: par Lui, en effet, nous avons les uns et les autres - dans le même esprit - accès auprès du Père (Eph 2:14-18).

Ainsi, quand le Juif est montré du doigt, c'est nous qui sommes montrés du doigt, ou plus exactement notre composante "religieuse" qui se fait des images taillées de Dieu (des dogmes) et qui ne Le respecte pas, tout en prétendant, croyant, Lui faire honneur.


(*) "Ce sont eux [les Juifs] qui ont tué le Seigneur Jésus et les prophètes, eux qui nous ont persécutés - ils ne plaisent pas à Dieu, et ils sont hostiles à tous les êtres humains - ils nous empêchent de parler à salut aux non-Juifs, mettant ainsi le comble à leurs péchés - mais la colère a fini par les atteindre."



Nous espérons nous être bien fait comprendre. Les Juifs on toujours compris notre approche - par contre certains évangéliques croyant faire plaisir aux Juifs les mettent dans l'embarras en voulant absolument les mettre dans un référentiel qui n'est pas le leur, en prenant au sens premier des propos bibliques à comprendre non pas littéralement, mais spirituellement.


Qui a oreille...

  • Seigneur, pourquoi ne m'écoute-t-on pas quand je mets le doigt sur des croyances non-bibliques ?
  • Ils ne M'écoutent pas... pourquoi t'écouteraient-ils ?
     
  • Mais ne jeûnent-ils pas ? Ne cherchent-ils pas ta face, ta volonté ? Et tu dis qu'ils n'entendent pas...
  • Ils entendent, mais ils n'écoutent que ce qui les arrange!
     
  • Ils sont sourds au reste ?
  • Pire que cela: ils se bouchent les oreilles...
     
  • Mais ils semblent pourtant sincères...
  • Ils ne s'en rendent pas compte... ils trient entre ce qui les arrange et ce qui ne les arrange pas... ils sont dans une prison, avec la porte ouverte, mais n'en sortent pas... au lieu de cela, ils décorent leur prison...
     
  • Mais si j'insiste, ils m'écouteront...
  • Ils sont comme ceux d'il y a 2000 ans, qui se bouchaient les oreilles pour ne pas entendre... si tu insistes, ils diront que tu cherches la polémique, comme ils l'ont fait avec mes prophètes, avec Paul, Etienne et les autres, y compris Mon Fils...
     
  • Alors, que dois-je faire ?
  • Fais-leur parvenir cette conversation, peut-être ont-ils encore un peu de conscience de ce qui est juste...!


La Bible est-elle antisémite ?

L'AT passe son temps à critiquer le comportement des Juifs.
Le NT nous montre Jésus, Paul et les autres constamment aux prises avec des Juifs ou des judaïsants.
La Bible est-elle antisémite ?

Mais, direz-vous, ce sont des Juifs qui ont écrit ces textes.
Dans l'AT il s'agissait de les reprendre pour qu'ils marchent selon la volonté de Dieu.
Idem dans le NT.

Oui, mais le NT ne dit-il pas que le vrai Juif n'est pas celui qui a Abraham pour père, mais celui qui a la foi ? C'est de l'antisémitisme, non ?

De même lorsqu'il est dit que la vraie circoncision est celle du coeur: c'est une attaque frontale des Juifs, me semble-t-il...

Et ne parlons pas du sabbat, dont il est dit que le vrai sabbat est le repos en Dieu!

La paternité d'Abraham, la circoncision, le sabbat, et j'en passe, sont attaqués de front dans le NT.
N'est-ce pas de l'antisémitisme ?

Mais non, direz-vous, c'est pédagogique: ce sont ceux qui désobéissent à Dieu qui sont visés, et à une certaine époque les religieux eux-mêmes étaient à côté de la plaque, c'est pourquoi ils sont repris, pour qu'ils réfléchissent...

OK, mais alors pourquoi, lorsqu'on sort les mêmes arguments - ceux cités plus haut - sur le net, se fait-on cataloguer d'antisémitisme, qui plus est par des chrétiens ? Connaissent-ils seulement leur Bible ?



A vous de voir.  Mais gardez bien à l'esprit que dans la Bible, le Juif qui refuse Christ, correspondant à une certaine réalité d'une certaine époque, est un type du vieil homme religieux, de notre composante religieuse et idolâtre: il est impératif de ne pas prendre les allégories de la Bible au premier degré, car cela peut mener au fanatisme, au racisme et à l'antisémitisme (n'oublions pas que la grande majorité des acteurs de la Bible sont des Juifs, y compris le Christ et les apôtres!).

Ce qui est problématique, c'est que certains passages du NT ne peuvent plus être cités sur le net sans se faire traiter d'antisémite. P.ex.: Rom 2:28-29 et 9:6-8, Rom 10:12 et Éph 2:14-18, ainsi que Gal 3:7 & 29



Nous espérons nous être bien fait comprendre. Les Juifs on toujours compris notre approche - par contre certains évangéliques croyant faire plaisir aux Juifs les mettent dans l'embarras en voulant absolument les mettre dans un référentiel qui n'est pas le leur, en prenant au sens premier des propos bibliques à comprendre non pas littéralement, mais spirituellement.


Athées et Inquisition: le même esprit

Cherchez la différence:
  • La religion est un système que se crée l'être humain pour fuir Dieu
  • L'athéisme est un système que se crée l'être humain pour fuir Dieu

L'athée comme le religieux met en avant des idéologies (donc des idol-logies) au mépris de la réalité la plus évidente. L'athée qui se prétend rationnel, à qui on dit que Dieu est expérimentable, refuse d'essayer car, dit-il, "pourquoi essayer puisque je n'y crois pas ?" Idem pour les dogmatiques religieux, comme ces hommes de l'Inquisition qui refusaient de regarder dans la lunette de Galilée sous prétexte que ce qu'il disait exister n'existait pas...

Vous direz peut-être: oui, ok, mais là on est dans l'irrationnel - les personnes rationnelles ne tombent pas dans ces pièges. C'est oublier que la science ne décrit pas la réalité, mais comment l'être humain appréhende la réalité... Il s'agit d'autre chose que la rationalité: il s'agit d'être honnête avec soi-même, de reconnaître la Vérité quand elle se présente à nous.


Question aux athées:

A supposer que la nouvelle vie après la mort terrestre n'existe pas, pourquoi vivre ? Peut-être dans l'espérance que l'homme parviendra à se rendre immortel dans sa dimension terrestre ? Ou peut-être croyez-vous à une vie dans une autre dimension, mais sans Dieu ? Mais sans quel Dieu ? Savez-vous vraiment qui est Dieu ? Avez-vous réellement compris ce qu'est la foi, par contraste avec la religion ?

Réfléchissez sérieusement à ces questions, ou à celles qui vous sont personnelles: êtes-vous sincère avec vous-même ? Ne vous mentez-vous pas ? N'êtes-vous pas dans le déni ?

Si Dieu n'existe [probablement] pas, s'il n'y a [probablement] rien après la mort, alors pourquoi vivre une vie qui n'a pas de sens ? Ce n'est pas cohérent...

Pourquoi profiter de la vie ? S'il n'y a rien après la mort, tout ce que nous avons vécu, tout ce que nous avons été, est anéanti!

Vivons-nous alors pour nos semblables, pour nos descendants ? Mais s'il n'y a rien après la mort, tout ce qu'ils auront vécu, tout ce qu'ils auront été, sera aussi anéanti!

Face à l'éternité de l'univers, nos vies ne sont même pas un milliardième de milliardième de milliardième de seconde! S'il n'y a pas de monde spirituel, si tout disparaît à la mort physique, à quoi bon continuer de vivre une vie qui n'a pas de sens ? Ce n'est pas cohérent...

N'y aurait-il pas un doute dans votre esprit ? "Et si jamais il y avait quand même quelque chose ? Restons quand même en vie! On ne sait jamais!"

Ou peut-être un espoir dans l'évolution de la civilisation ? "Peut-être nos lointains descendants pourront-ils vaincre la mort... on n'aura alors pas vécu en vain, car EUX seront devenus éternels". Si c'est le cas, chapeau! Tant de sacrifice pour les futures générations force l'admiration.

Autre hypothèse: l'espoir que nos lointains descendants pourront nous ressusciter... cela n'est de loin pas exclu.

Mais tout cela ne ressemble-t-il pas à de la foi ? Foi en l'avenir, foi en l'homme.

Vous seuls savez ce qui se passe dans vos pensées, quels sont vos espoirs, ce qui se cache peut-être dans votre inconscient.

Ce qui est certain, c'est que nous n'avons pas à juger.
Peut-on cependant vous convaincre ?
Seul l'Esprit pourra vous convaincre.


Ce sont nos semblables, avec les mêmes doutes et les mêmes espoirs que nous. Ce qui leur manque, c'est la Révélation.


On peut poser les mêmes questions à ceux qui prétendent "croire":

Etes-vous sincères avec vous-mêmes ? Ne vous mentez-vous pas ? N'êtes-vous pas dans le déni ? Car on peut croire qu'on croit, mais cela n'est pas la foi. La foi est une relation personnelle avec Dieu.


Lorsqu'on lit les arguments des "croyants" sur certains blogs, on peut en venir à désespérer de cette race (de vipères, comme disait Jésus...)


Que tu sois athée, agnostique ou "croyant", auras-tu l'honnêteté de te questionner jusqu'au bout ? De rechercher le pourquoi du pourquoi du pourquoi ?


Certains "croyants" n'entreront pas au paradis, et des athées y entreront...! (Matthieu chapitre 25, versets 31 à 46): cela aussi, est un sujet de profonde méditation! Et ce ne sont pas des inventions: c'est dans la Bible! qui n'est pas un livre de religion, mais un livre de vérité!

Lire aussi

Science et religion

Longtemps, la science et la religion n'étaient pas séparées: on expliquait le cosmos en faisant intervenir des dieux, mais aussi par des explications rationnelles... et l'être humain sentait qu'il y avait "quelque chose", une cause première, derrière tout ce qu'on peut expliquer rationnellement.

Petit à petit, la science a répondu à beaucoup de questions, et a fini par se séparer de son côté "religion", car il lui semblait ne plus en avoir besoin.

De son côté, la religion s'est dans un premier temps braquée (cf. Giordano Bruno, Copernic/Galilée, etc.), puis a pas-à-pas rejoint le rationnel, tout en officialisant en quelque sorte le divorce entre les deux: "tu t'occupes des phénomènes que tu expliques par des formules physico-mathématiques, et tu me laisses m'occuper de ce qui est irrationnel".

Réciproquement, la science s'est (officiellement) débarrassée de la religion, lui laissant ses "superstitions".

Chacune de son côté a ses adeptes radicalisés : la science pure et dure rejette tout ce qu'elle considère comme irrationnel, et certains mouvements de la religion ne supportent pas le démontage que fait la science de leurs "superstitions".

Et c'est là qu'il faut faire une mise au point :
1. La science, en fait, n'explique pas la réalité, mais comment l'être humain voit cette réalité. Elle est donc subjective.
2. La religion a dévié de sa raison d'être originelle, et est devenue un système que se crée l'être humain pour fuir Dieu. Par contre, la foi est une relation face-à-face avec Dieu: elle est donc objective.

L'honnête homme de foi n'hésitera pas à utiliser des moyens scientifiques pour tester les croyances de ses contemporains (voire les siennes propres). P.ex., il n'hésitera pas à se poser la question du pourquoi, du pourquoi du pourquoi, etc., jusqu'à trouver la racine de certaines croyances, et éventuellement abandonner ces croyances s'il est avéré qu'elles n'ont rien à voir avec la foi, mais plutôt avec la "religion" prise dans son sens péjoratif. Dans une autre perspective, il n'hésitera pas à se poser la question des conséquences de certaines croyances, et y renoncera si elle mènent à des comportements contraires à l'amour.

L'honnête homme de science quant à lui, n'hésitera pas à se poser la question du pourquoi. En effet, la science s'occupe du comment, mais pas du pourquoi (p.ex. pourquoi y a-t-il quelques chose plutôt que rien ?).

Jésus est venu abolir la partie faussée de la foi (la "religion" prise dans son sens subjectif) et a fait de nous des prêtres, des prophètes et des rois: il n'y a plus d'intermédiaire humain entre Dieu et nous. Nous connaissons la vérité, qui nous rend libres, et pour cela nous devons nous débarrasser de ce qui n'a rien à voir avec la foi: soyons conscients, sachons discerner, retenons ce qui est juste, et laissons-Lui gérer le reste.

Le déni

Déni : non-considération d’une partie de la réalité, refus d’admettre une réalité perçue comme traumatisante. Un fragment - éventuellement important - de la réalité, se voit totalement ignoré : la personne qui dénie se comporte comme si cette réalité n’existait simplement pas, alors qu’elle la perçoit. Il y a véritablement négation de cette réalité extérieure à laquelle se substitue une idée subjective fantasmée. Souvent, cette protection met en place une bombe à retardement (schizophrénie par exemple). Pour les observateurs, le déni paraît évident, d’autant plus qu’il peut concerner ce que la personne devrait justement bien connaître.

Développement       +++

Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)


J'élève mes yeux vers les montagnes d'où vient mon secours (Psaumes 121:1)