Rechercher dans ce blog

Qui décide ?

Des études récentes (*) ont montré - via capteurs sur le cerveau - que lorsque nous prenons consciemment une décision, celle-ci était en fait déjà prise. Notre prise de décision, lorsque nous croyons la prendre, n'est en fait qu'une prise de conscience d'une décision déjà prise.

Etonnant, non ?


Que tirer comme conclusion d'une découverte si époustouflante ?

Si nous devons en croire la Bible, nous sommes soit sous l'influence de l'ennemi de nos âmes, soit dans le Royaume de Dieu. 

Ainsi, les décisions que nous prenons ne sont en fait que la prise de conscience de décisions déjà prises par celui qui nous domine.

Dans le premier cas, les décisions que nous croyons prendre sont donc la prise de conscience de décisions déjà prises dans notre terrain conquis par l'ennemi de nos âmes.

Dans le second cas, les décisions que nous croyons prendre ne sont en réalité que la prise de conscience de décisions déjà prises dans notre for intérieur par le Roi de l'Univers.


Cela explique beaucoup de passages bibliques où on a l'impression que les choses sont déjà dites - que quoi qu'il arrive, la décision, dans un sens ou dans l'autre, est déjà arrêtée.


A méditer...


(*) Lire p.ex. Une brève introduction à la conscience



Avertissement

Le widget "Suivre les mises à jour par e-mail" (FeedBurner) va disparaître en juillet 2021. Après cette date, les e-mails qui étaient automatiquement envoyés lors de la publication d'un article ne pourront plus l'être.

Vous pouvez cependant ajouter votre e-mail à la liste des destinataires de la lettre de nouvelles sur cette page.


Sommes-nous cohérents ? (à méditer...)


La Bible dit qu'on ne peut pas servir Dieu et l'argent

Elle dit aussi que celui qui ne travaille pas ne doit pas manger non plus

Et encore que les premiers chrétiens mettaient tout en commun


Jésus a dit de ne pas se faire appeler leader

car un seul est leader: le Christ

Il a aussi dit que celui qui veut être le premier doit servir les autres


Jésus a appelé à porter sa croix chaque jour

ce qui n'a rien à voir avec "viens à Jésus et il rendra ta vie meilleure"

car les humains existent pour accomplir la volonté de Dieu



Le sommet du ciel

Nous sommes passés des ténèbres au crépuscule, puis avons atteint le sommet du ciel, lorsque la bonne nouvelle a été reçue. Le sommet du ciel, c'est lorsque transformés par la bonne nouvelle, nous:

  • louons Dieu en TOUTES circonstances (rien ne nous arrive qui ne soit sous Son contrôle)
  • bénissons les autres en TOUTES circonstances (si le monde est contre nous, Lui est pour nous)
  • rejetons nos fardeaux sur Christ en TOUTES circonstances (comment nous élever comme l'aigle si nous sommes chargés ?)
  • sommes en paix, en repos, en Lui, en TOUTES circonstances (la paix qui surpasse toutes choses)
  • mettons en oeuvre notre salut en toute simplicité en TOUTES circonstances (nous sommes dans Sa main : nous pouvons lâcher prise)
  • savons que Dieu est amour inconditionnel en TOUTES circonstances (tout passera, sauf l'amour)
  • vivons ici et maintenant le Royaume en TOUTES circonstances (le paradis, c'est déjà maintenant)


Prenons la Bible au mot : toutes ces choses sont des promesses sorties de la bouche de Dieu. Et Jésus, Logos fait chair, véritable ami (dans le sens le plus profond du terme) ne nous lâchera jamais.

Source


Peut-on évaluer la cohérence d'une opinion en matière de foi ?

Précisions

  • Il ne s'agit pas de savoir si la raison peut atteindre les mystères de la foi: c'est évident que non
  • Il s'agit de la raison saine et guérie par le Saint Esprit, en soumission à lui, et non de la raison naturelle et corrompue
  • Les mystères de la foi sont au delà de la raison: il ne s'agit que de savoir si l'on a le droit de dire que deux propositions sont contradictoires en matière de foi
  • Les principes du raisonnement ne viennent pas de la raison, mais de l'Écriture: il ne s'agit pas du jugement de décision, absolu et illimité - il ne s'agit que du jugement de discernement, qui est lié et limité par la Parole écrite de Dieu et soumis à elle (1 Thess 5:21 / 1 Jean 4:1)
  • Il ne s'agit que de mesurer la vérité de la conséquence, et non de la proposition


Ainsi nous décidons que l'évaluation de la cohérence d'une opinion en matière de foi appartient à la raison, mais:

  • Une révélation est toujours présupposée et sa vérité digne de foi en elle-même
  • En harmonie et soumise à la Parole écrite, et non de manière despotique et autoritaire
  • En conformité avec l'Écriture qui s'interprète elle-même et ne requiert pas d'autres interprètes


Ainsi la Raison illuminée par le Saint Esprit est capable de considérer et de juger à partir de la Parole écrite (selon les règles des bonnes et nécessaires conséquences) si les différentes parties d'une doctrine sont cohérentes et ce qui peut ou non en être conclu.


Argumentation

  • Les Écritures appellent fréquemment à juger soi-même (Mat 7:15 , 16:6 / Col 2:8 / 1 Thess 5:21 / Héb 5:14)
  • L'exemple des saints, comme celui des Béréens (Actes 17:11) et des Corinthiens (1 Cor 10:15)
  • Le but visé par les Écritures, puisqu'elles visent à ce que nous ayons un parfait jugement (2 Timothée 3:16 / Tite 1:9)
  • Le fait que nous ne pouvons pas nous empêcher d'utiliser la raison par ailleurs, sans quoi toutes sortes d'hérétiques et de fanatiques introduiraient leurs fictions et opinions monstrueuses - et nous ne pourrions jamais vraiment nous opposer à eux


Objections

  • Vous utilisez un jugement humain et donc faillible et inadéquat
    Réponse: Certes ce sont des hommes qui font le raisonnement, mais le raisonnement est en lui-même plutôt divin, dans le sens où nous sommes assistés par le Saint Esprit qui le permet: L'homme spirituel juge de tout (1 Cor 2:15)
  • La raison ne peut pas juger Dieu à partir des choses naturelles - or la raison est limitée aux choses naturelles - donc elle ne peut pas juger des choses divines
    Réponse: C'est vrai, mais nous jugeons à partir des principes de la Parole écrite (Mat 19:26 / 2 Timothée 1:12 / Psaumes 115:3)
  • Il est écrit que la Raison doit être capturée pour Dieu (2 Cor 10:5)
    Réponse: Quand elle contredit l'Évangile, mais nous pouvons écouter le témoignage de la raison quand elle soumise à la Parole écrite de Dieu
  • L'intellect humain est si obscurci qu'il est incapable de juger des choses divines
    Réponse: Certes, on ne peut pas juger de la vérité des propositions divines - mais nous sommes tout de même capables de savoir si une conclusion est bien faite ou non


source d'inspiration



Quatre interprétations des écritures

Quatre étapes sur le chemin de l'interprétation des écritures:

  1. la lettre, qui désigne les faits
  2. l'allégorie (exprimer une pensée sous une forme imagée), qui produit la compréhension et la foi en ce qui est lu
  3. la morale, qui montre comment mettre cela en pratique ("la foi sans la mise en oeuvre est morte", dit Jacques)
  4. l'anagogie (dégager le sens spirituel du sens littéral), qui ancre cet enseignement dans notre esprit pour notre édification

Le chemin étroit

Considérons ces 2 passages: Mat 7:13-14 (1) et Mat 19:24 (2)

Le passage (1) est souvent compris de manière plutôt négative: le chemin est resserré, la porte étroite, comme si on ne voulait pas nous laisser entrer... Est-ce parce qu'on relie ce verset à celui de Mat 19:24 (2), qui parle en fait d'une autre situation: la grande difficulté pour les riches d'entrer dans le Royaume ? (ce que montre le contexte)

En Mat 7:13-14 (1), Jésus nous dit autre chose: si l'on veut entrer, la porte est étroite, elle ne laisse passer qu'une personne à la fois, et c'est ainsi que nous entrons dans la Vie - une à la fois, dans une démarche personnelle, un engagement du coeur. Il est dit que peu trouvent ce chemin, probablement parce qu'il exige de chercher, de vouloir cette rencontre avec Jésus qui nous offre le Salut. Il demande aussi une attitude humble envers le Sauveur - d'avoir compris que c'est le seul chemin vers la Vie, et qu'on ne peut y entrer en groupe (multitudinisme) pour cette raison.

La porte large, le chemin spacieux, sont plus faciles, mais ne demandent rien de notre part, aucune recherche, aucun engagement, donc aucune relation avec Celui qui est le Sauveur! (c'est la religion)

La porte étroite, le chemin resserré sont donc quelque chose de positif: une rencontre d'un coeur à un autre coeur (c'est la relation), celui de Jésus qui nous aime - c'est pourquoi Il a accepté de mourir pour que nous soyons sauvés. Cette rencontre est proposée à chacun, s'il le souhaite, et c'est cela, le passage de cette porte étroite, où une seule personne passe à la fois, pour entrer dans la Vie.

En Jean 10:9, Jésus nous dit : "Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé - il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages". Ceci explique Luc 13:24 (3): certains essaient d'entrer par une autre porte que Jésus.


(1) Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent.

(2) Je vous le dis encore, il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu.

(3) Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite. Car, je vous le dis, beaucoup chercheront à entrer, et ne le pourront pas.


Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)


J'élève mes yeux vers les montagnes d'où vient mon secours (Psaumes 121:1)