Rechercher dans ce blog

Les deux croix

Sans avertir et presque inaperçue, une nouvelle croix s’est introduite dans les milieux évangéliques populaires de notre époque.

Elle ressemble à l’ancienne, mais elle est différente : les similitudes sont superficielles, les différences fondamentales.

De cette nouvelle croix a germé une nouvelle philosophie de la vie chrétienne, et de cette philosophie une nouvelle technique évangélique : un nouveau style de réunion et un nouveau genre de prédication.

Cette nouvelle évangélisation emploie le même langage que l’ancienne, mais son contenu n’est pas le même et sa puissance n’est plus comme auparavant.

La vieille croix n’avait aucun rapport avec le monde. Pour la chair orgueilleuse d’Adam, elle signifiait la mort. Elle mettait à exécution la sentence imposée par la loi du Sinaï.

La nouvelle croix, elle, n’est pas opposée à la race humaine; elle en est, au contraire, une partenaire amicale et, si je comprends bien, elle alimente un flot d’amusements légitimes et bons et d’innocentes réjouissances. Elle laisse Adam vivre sans entraves, avec une motivation inchangée; il peut continuer à vivre pour son plaisir et, maintenant, au lieu de se réjouir à chanter des chansons douteuses en buvant des boissons fortes, il se réjouit à chanter des cantiques et à regarder des films religieux. L’accent reste toujours sur la jouissance … qui se tient sur un plan plus élevé !

La nouvelle croix encourage, dans l’évangélisation, une approche toute nouvelle et entièrement différente. L’évangéliste ne réclame plus le renoncement à l’ancienne vie pour que la vie nouvelle puisse s’installer. Il ne prêche pas des contrastes, mais des similitudes. Il cherche à se mettre au diapason de l’intérêt général en montrant que le christianisme n’a pas d’exigences désagréables, mais qu’au contraire il offre tout ce que le monde offre, mais à un niveau supérieur.

Tout ce après quoi le monde, corrompu par le péché, aspire de nos jours est très habilement présenté comme étant justement ce qu’apporte l’évangile, le produit religieux étant, bien entendu, meilleur.

La nouvelle croix ne met pas le pécheur à mort, elle le réoriente. Elle le renvoie dans une autre direction, dans un mode de vie plus sain et plus heureux, tout en sauvegardant son amour-propre. A celui qui est autoritaire, elle dit : «Viens et affirme-toi pour Christ!». A celui qui est imbu de lui-même, elle dit : «Viens et glorifie-toi dans le Seigneur !». A celui qui est avide d’émotions, elle dit : «Viens et repais-toi de communion fraternelle».

Le message de l’Evangile est dévié, obliqué, dans le sens du courant en vogue, pour être accepté du public. La philosophie qui se tient derrière est sans doute sincère, mais sa sincérité ne l’empêche pas d’être fausse. Elle est fausse parce qu’elle est aveugle. Elle passe complètement à côté de la signification fondamentale de la croix.

La vieille croix est un symbole de mort. Elle représente la fin soudaine et brutale d’une vie humaine. Du temps des Romains, celui qui se chargeait de sa croix et qui s’engageait sur le sentier de la mort avait déjà dit adieu à ses amis. Il savait qu’il ne reviendrait pas. Il partait pour toujours. La croix ne faisait aucun compromis, elle ne modifiait rien, elle n’améliorait rien, elle n’épargnait rien; elle immolait tout en l’homme, complètement et définitivement. Elle n’essayait pas de rester en bons termes avec sa victime. Elle frappait dur et cruellement, et quand elle avait achevé son oeuvre, il ne restait rien de l’homme, il n’existait plus.

La race d’Adam est sous la sentence de mort. Il ne peut y avoir aucune commutation de peine, aucune échappatoire. Dieu ne peut approuver aucun des fruits du péché, aussi innocents ou agréables qu’ils puissent paraître aux yeux des hommes. Dieu doit mettre l’homme «à sac» et le «liquider» totalement, avant de pouvoir le relever en nouveauté de vie.

Cette prédication d’évangélisation qui établit des parallèles conciliants entre les voies de Dieu et celles des hommes est traître envers la Bible et cruelle pour l’âme des auditeurs. La foi en Christ ne va pas en parallèle avec le monde, au contraire, elle le coupe.

En venant à Christ, nous ne haussons pas notre vieille nature à un niveau supérieur, nous l’abandonnons à la croix. Le grain de blé doit tomber dans le sol et mourir. Nous, qui prêchons l’Evangile, nous ne devons pas nous considérer comme des agents des relations publiques, envoyés pour établir de bons rapports entre Christ et le monde. Nous ne devons pas nous imaginer chargés de mission pour rendre Christ acceptable auprès du grand commerce, de la presse, du monde du sport, ou de l’enseignement moderne. Nous ne sommes pas des diplomates, mais des prophètes, et notre message n’est pas un compromis, mais un ultimatum.

Dieu offre la vie, mais pas la vie ancienne améliorée. La vie qu’Il offre est une vie qui renaît de la mort. Elle se tient toujours à côté de la croix. Celui qui veut la posséder doit passer «sous la toise» : il doit renoncer à lui-même et approuver la juste sentence de Dieu envers lui.

Qu’est-ce que cela signifie, pour celui qui se trouve face à Jésus-Christ ? Comment cette théologie peut-elle se traduire en vie ? Il doit simplement se repentir et croire. Il doit renoncer à ses péchés, et aller plus loin en renonçant à lui-même. Qu’il ne cache rien, n’excuse rien, ne justifie rien. Qu’il n’essaye pas d’argumenter avec Dieu, mais qu’il courbe la tête sous le choc de l’austère déplaisir de Dieu, et se reconnaisse lui-même digne de mort.

Après cela, qu’il porte le regard, avec une foi simple, sur le Sauveur ressuscité, de qui descendra la vie, la nouvelle naissance, la purification et la puissance. La croix qui a mis fin à la vie terrestre de Jésus mettra aussi fin à celle du pécheur; et la puissance qui a relevé Christ d’entre les morts ramènera aussi le pécheur à une vie nouvelle avec Christ.

A celui qui voudrait objecter à ceci, ou y voir une conception étriquée et personnelle de la vérité, je dirai que Dieu a mis le sceau de son approbation sur ce message, depuis le temps de Paul jusqu’à nos jours. Que les termes aient été exactement les mêmes ou non, tel fut, tout au long des siècles, le contenu de la prédication qui a communiqué la vie et la puissance dans le monde.

C’est là-dessus que les hommes de Dieu du passé, les réformateurs, les revivalistes ont mis l’accent; et les signes, les merveilles, et les opérations puissantes de l’Esprit-Saint ont témoigné de l’approbation de Dieu sur leur message.

Oserions-nous, en tant qu’héritiers légaux d’une telle puissance, falsifier la vérité ? Oserions-nous, de la pointe émoussée de nos crayons, retoucher le tracé «du plan de l’architecte», ou altérer le modèle révélé pour nous sur le mont du Calvaire ? Dieu nous en garde !

Prêchons la vieille croix et nous connaîtrons la vieille puissance.

A.W. Tozer

Source

           

Louer pour toutes choses

Si quelqu'un prétendait vous indiquer le chemin le plus court et le plus sûr qui conduit au bonheur et à la perfection, il devrait vous conseiller, comme règle de vie, de remercier et de louer Dieu pour tout ce qui vous arrive. Car il est certain que, quelle que soit l'adversité rencontrée, vous la transformerez en bénédiction si vous louez et remerciez Dieu pour cette épreuve. (William Law)

Je remercie Dieu pour mon infirmité, car c'est au travers d'elle que j'ai trouvé mon Dieu, mon travail et moi-même. (Hélène Keller)

Heureux celui qui se soumet à la volonté de Dieu car le malheur ne l'atteint pas. Les hommes peuvent le traiter à leur guise... il ne s'en soucie pas, il sait que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. (Martin Luther)

Demandez à Dieu la grâce de voir sa main dans chaque épreuve, puis la grâce de vous y soumettre aussitôt. Non seulement de vous soumettre à cette épreuve, mais également de l'accepter et de vous en réjouir... Je pense que, parvenus à ce stade, nous voyons disparaître la plupart de nos ennuis. (Charles H. Spurgeon)

En toutes choses rendez grâces, car telle est la volonté de Dieu dans le christ Jésus à votre égard (1 Thessaloniciens 5:18)

            

Etre affranchis de notre corps de mort


Il ne s'agit pas de détruire notre moi, mais d'être affranchis de notre corps de mort (Romains 7:24)

Sont mis en parallèle dans le tableau ci-dessous plusieurs versets : les colonnes contiennent des versets complets ou des composantes de versets (placées dans l'ordre où elles sont citées), relatives au "faire", au "penser" et au "être" ...et nous rencontrons d'heureuses surprises! par exemple, la FOI de 1 Cor 13:13 a trait au "faire" (la foi sans les oeuvres est morte - Jacques 2:26) : elle est affaire de volonté au niveau de l'âme, et de relation (avec Dieu) au niveau de l'esprit - la foi n'est que croyance si elle ne s'accompagne pas d'actes concrets.

Autre exemple : en 1 Cor 13:13 il est dit que l'amour est plus grand que la foi et l'espérance - or l'amour est dans la colonne "Etre", ce qui nous révèle - si besoin était - que "être" est plus important que "penser" ou "faire".

D'autres surprises vous attendent dans ce tableau qui nous donne des solutions pour être affranchis de notre corps de mort.

FairePenserEtre

Jean 14:6
 
JE SUIS la VOIEJE SUIS la VERITEJE SUIS la VIE

Il ne s'agit pas de...
 
...agir bien/mal...penser juste/faux...être bon/mauvais
Mais...

...le chemin est une Personne
=> LE pratiquer LUI
=> faire Sa Volonté, qui est le bien
 

...la vérité est une Personne
=> LE penser LUI
=> penser Sa Pensée, qui est juste
 

...la vie est une Personne
=> Etre LUI
=> être Son Etre, qui est bon
 
Donc...
...
il ne s'agit pas de "mériter"
en faisant le bien
mais faire Sa volonté entretient la Relation/Foi avec LUI (marcher avec Lui, viser juste)
 

...il ne s'agit pas de "mériter"
en ayant la bonne doctrine
mais d'être en contact avec Sa Présence réelle, la Réalité, la Justesse, ici et maintenant
 

...il ne s'agit pas de "mériter"
en étant bon
mais Lui en nous est Amour, qui bannit la crainte du jugement
 

Jean 16:9-11
 
Jean 16:9 : PECHE
viser à côté, couper la relation, convoiter
Jean 16:10 : JUSTICE
Sa justice est justification et justesse

Jean 16:11 : JUGEMENT
Est sous le jugement/tri tout ce qui n'est pas pur, complet, accompli
 

Matthieu 4
Nos ennemis
 

Convoitise :
la CHAIR nous attaque (tendance à dévier, aux 3 niveaux)
 

Désir de toute-puissance :
le DIABLE (menteur) nous attaque
 

Désir de possession/domination :
le MONDE (sous le jugement qui mène à la mort) nous attaque
 
Remèdes
1 Cor 10:13 :
Aucune tentation ne vous est survenue
qui n'ait été une tentation humaine
et Dieu est fidèle
qui ne permettra pas
que vous soyez tentés au delà
de ce que vous pouvez [supporter]
mais avec la tentation il fera aussi l'issue
afin que vous puissiez la supporter
 

1 Pierre 5:8-9 :
Soyez sobres - veillez :
votre adversaire - le diable
comme un lion rugissant
rôde autour [de vous]
cherchant qui il pourra dévorer
<= Résistez-lui - étant fermes dans la foi
sachant que les mêmes souffrances s'accomplissent dans vos frères qui sont dans le monde =>
 

Jean 16:33 :
Je vous ai dit ces choses
afin que vous ayez la paix en moi

Vous aurez des tribulations dans le monde
mais prenez courage :
j’ai vaincu le monde
 
Encouragements
1 Thess 5:18 :
En toutes choses (*)
rendez grâces
car telle est la volonté de Dieu
dans le christ Jésus
à votre égard

Phi 4:6-7 :
Le Seigneur est proche
ne vous inquiétez de rien
mais en toutes choses (*)
exposez vos requêtes à Dieu
par des prières et des supplications
avec des actions de grâces
et la paix de Dieu
qui surpasse toute intelligence
gardera vos coeurs et vos pensées
dans le christ Jésus
 

Rom 8:28 :
Nous savons que toutes choses (*)
travaillent ensemble
pour le bien de ceux qui aiment Dieu
de ceux qui sont appelés selon [son] propos
 
1 Cor 13:13
Notre part
FOIESPERANCEAMOUR
2 Sam 22:2
La part de Dieu
ROCHERFORTERESSELIBERATEUR

Jean 3:16
 
Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle
Composante de l'esprit concernéeRelationConscienceIntuition
Composante de l'âme concernéeVolontéPenséeSentiment

Romains 12:2
 

ne vous conformez pas à ce siècle
 

mais soyez transformés
par le renouvellement
de [votre] entendement
 

pour que vous discerniez
quelle est la volonté de Dieu
bonne et agréable et parfaite
 

Il va de soi que la division en colonnes ne constitue pas une classification absolue, mais donne des indicateurs permettant de chercher des solutions; p.ex. la volonté se trouve dans la colonne du faire, mais la volonté de vie existe aussi.

(*) Il ne s'agit pas de fatalisme, mais d'écoute active de ce que Dieu nous dit à travers les événements.

Source


            
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)


J'élève mes yeux vers les montagnes d'où vient mon secours (Psaumes 121:1)